Vendre sur Amazon FBA

Comment vendre sur Amazon en 2019 – 2020 (6 Stratégies) ?

Comment vendre sur Amazon ? Décryptage des 6 stratégies applicables à la vente sur Amazon. Leurs avantages et leurs inconvénients.
Pinterest LinkedIn Tumblr

Disponible sur YouTube

Cet article est aussi disponible sous forme de vidéo sur la chaîne YouTube de l’AMZ Academy.

Comment vendre sur Amazon vidéo YouTube)

Dans cet article, je vais vous expliquer comment vendre sur Amazon à travers 6 stratégies diamétralement opposées.

Que vous souhaitiez atteindre la liberté financière ou simplement arrondir vos fins de mois, vous devez d’abord choisir un business model.

Le but de cet article est de vous aider à choisir la stratégie la plus adaptée à vos objectifs. Vous apprendrez qu’il n’y a pas qu’une seule façon de vendre sur Amazon et que chaque business model à ses avantages et ses inconvénients.

Si vous voulez vous lancer sérieusement, vous devez connaître les bases de la vente sur Amazon.

Première chose à savoir, le business model. Il détermine la façon dont vous allez sourcer et vendre vos produits sur Amazon. Votre business model doit répondre à deux questions :

  • La première, comment trouver des produits à vendre ?
  • La seconde, comment vendre ces produits sur Amazon ?

Nous allons d’abord répondre à la première, comment trouver des produits à vendre.

Comment trouver des produits à vendre ?

Voici les 6 principaux business model applicables à la vente sur Amazon :

  • Le Retail Arbitrage (RA)
  • Le Online Arbitrage (OA)
  • Le Dropshipping
  • L’achat / revente « classique »
  • Le Private Label (PL)
  • Et enfin, l’EPL, pour Enhanced Private Label

1. Le Retail Arbitrage (RA)

Définition

Le Retail Arbitrage consiste à acheter des produits dans des magasins physiques pour les revendre plus chers sur Amazon.

Les personnes qui pratiquent le Retail Arbitrage vont de magasins en magasins pour scanner des produits et comparer leurs prix à ceux pratiqués sur Amazon. L’objectif étant de dénicher un produit gagnant :

  • un produit moins cher que sur Amazon ;
  • pour lequel la demande est suffisante ;
  • et qui permette de dégager une marge confortable.

Auchan, Leclerc, Carrefour, Noz ou encore King Jouet sont des exemples d’enseignes où il est possible de sourcer des produits.

Retail Arbitrage sur Amazon

Ceux qui pratiquent le Retail Arbitrage se surnomment eux-mêmes les “chasseurs”.

Parmi les qualités requises, la patience et la persévérance. Il faudra parfois plusieurs heures avant de trouver un produit gagnant.

Les cibles privilégiées sont souvent les produits soldés ou en promotion, les liquidations de stocks et les offres du type “pour un acheté, un gratuit”. Pour augmenter leurs marges, les “chasseurs” n’hésitent pas à multiplier les cartes de fidélité. Elles permettent d’accumuler des points qui seront utilisés lors de futurs achats.

Le calcul de la marge

Avant d’acheter un produit, il faut systématiquement vérifier que vous pourrez facilement le revendre sur Amazon, tout en dégageant une marge suffisante. Ne perdez pas votre temps avec des produits qui vous feront gagner un ou deux euros. Le jeu n’en vaut clairement pas la chandelle.

Vous devrez tenir compte de plusieurs éléments :

  • Le prix d’achat du produit, c’est-à-dire le prix de vente en magasin.
  • Le prix auquel il est affiché sur Amazon.
  • La popularité du produit sur la marketplace (le niveau de la demande). Nous y reviendront plus tard.
  • La commission et les frais qui vous seront facturés pour le service “Expédié par Amazon”.
  • Vos charges sociales et fiscales. Elles ont un impact sur votre marge. Si vous êtes auto-entrepreneur, le calcul est assez simple à réaliser puisqu’il s’agit d’un pourcentage de votre chiffre d’affaires.
  • Enfin, il y a aussi tous les frais liés à vos déplacements : carburant, coût des péages ou des transports en commun par exemple. Vous allez visiter de nombreuses enseignes et vos déplacements entraîneront des frais supplémentaires, surtout si vous habitez en province.

Le Retail Arbitrage en pratique

Vous ne devez pas avoir peur de dégainer votre smartphone pour scanner chaque produit potentiellement gagnant.

Pour vos scans, il existe une application développée par Amazon : Amazon Seller. Elle est disponible sur l’App Store et sur Google Play.

Pour pouvoir l’utiliser, vous devez d’abord ouvrir un compte vendeur sur Amazon. Vous pouvez tout à fait commencer avec un compte pour particulier (appelé “compte BASIC”). Il est gratuit et aucun frais ne vous sera facturé en l’absence de vente.

Amazon Seller vous permettra de connaitre le prix de vente d’un produit sur Amazon et d’évaluer les frais qui vous seront facturés.

Vous saurez immédiatement si le produit se vend bien ou non.

Dernière fonctionnalité importante et non des moindres, vous saurez tout de suite si vous avez l’autorisation de vendre le produit en question.

Certaines catégories et certains produits ne sont pas ouverts à tous les vendeurs, en particulier si vous êtes débutant. Vous devez donc scanner chaque produit, sans exception.

Retail Arbitrage : cas pratique

Voici comment se déroule un scan. Pour cet exemple, j’ai pris un jeu de société nommé Contrario :

Pour afficher les informations de ce produit, je scanne le code-barre qui se trouve sur la boite.

Si le produit est reconnu (référencé dans le catalogue d’Amazon), l’application affichera instantanément les informations correspondantes.

La mention Requires Approval est affichée. Je dois donc obtenir l’autorisation d’Amazon avant de mettre en vente cet article. La raison exacte n’est pas indiquée sur cette page. Nous verrons plus tard de quelle restriction il s’agit.

Deuxième info intéressante, le prix de vente dans la “Buy Box” (boîte d’achat) : 19,99€. Pour espérer l’écouler rapidement, je vais probablement devoir le vendre à un prix inférieur.

Il y a 15 vendeurs positionnés sur ce produit. Ce n’est pas énorme mais c’est déjà suffisant pour déclencher une guerre des prix. Il faut donc être vigilant.

Enfin, l’application affiche le classement du produit en termes de ventes. Les vendeurs l’appellent BSR, pour Best Seller Rank (classement des meilleurs ventes d’Amazon). Il est classé 5 794ème dans sa catégorie.

Plus le BSR est faible, plus le produit se vend. Inversement, plus le BSR est élevé, moins le produit se vend.

Pour approfondir cette analyse, nous allons maintenant afficher plus de détails.

La photo principale du produit est affiché. Pensez à vérifier qu’elle correspond bien au produit que vous avez entre les mains.

On retrouve le classement du produit, 5 794ème dans la catégorie Jouets. Dans la section Eligibilité à la vente, le motif exact de restriction est indiqué :

You need approval to sell products in Jouets category.

Je dois donc obtenir l’autorisation d’Amazon pour vendre n’importe quel produit de la catégorie Jouets.

Si vous êtes un nouveau vendeur, il sera difficile d’obtenir cette autorisation. Amazon pourra vous demander des factures fournisseurs que vous n’avez pas. Si un produit est restreint, je vous conseille de passer au suivant.

Partons du principe que j’ai le droit de vendre dans la catégorie Jeux et jouets.

Pour une estimation de la marge, je clique sur la première ligne. Comme j’utilise le service Expédié par Amazon, je vérifie que je suis bien sur l’onglet correspondant.

Par défaut, l’application reprend le prix de vente le plus bas.

Dans la partie Frais avec Expédié par Amazon, le détail des frais qui nous seront facturés en cas de vente est affiché.

Les frais de vente et les frais de clôture variables correspondent à la commission prélevée par Amazon. Le taux de commission varie selon la catégorie principale du produit (15% pour la catégorie Jeux et jouets).

Les frais de traitement correspondent au montant total facturé par Amazon pour le stockage et l’expédition du produit à l’acheteur.

Pour ce jeu, ces frais s’élèvent à 4,88 €.

A titre de comparaison, ce produit, qui pèse 340 grammes, coûterait 6,25 € à expédier en Colissimo.

Au total, les frais s’élèvent à 7,88 €.

Admettons que j’ai trouvé ce produit en magasin et qu’il est affiché en promotion à 8 € . J’entre donc 8 € dans la zone coût d’achat. Amazon Seller affiche instantanément la marge réalisée en cas de vente, 4,11 € dans cet exemple.

ATTENTION : les frais facturés par Amazon (commission et frais Expédié par Amazon) sont indiqués hors taxes. Si vous n’êtes pas soumis à TVA (auto-entrepreneur par exemple), il faut ajouter la TVA à ces frais.

Pour cet objet, ils s’élèvent à 7,88 € hors taxes.

Pour calculer le montant de la TVA, il suffit de multipler le montant total des frais par 1,2.

7,88 x 1,2 = 9,46 € (montant total des frais TTC)

Pour prendre en compte la TVA dans le calcul de la marge, je vais ajouter le montant de la TVA au coût d’achat du produit.

9,46 € – 7,88 € = 1,58 € (c’est le montant de la TVA pour tous les frais facturés par Amazon).

J’ajoute cette somme au prix d’achat du produit. Au total, cela fait 9,58 €.

La marge brute est donc de 2,53 €.

Ce calcul ne prend pas en compte les frais de déplacement ainsi que les charges fiscales et sociales. Ajoutez-les au prix d’achat et recalculez votre marge en conséquence.

Cela peut sembler très simple et très rapide. En réalité, il faudra du temps et de nombreux scans pour trouver un produit gagnant.

Alors quels sont les avantages et les inconvénients du Retail Arbitrage ?

Avantages

  • Il n’y a aucune barrière à l’entrée. Tout le monde peut pratiquer le Retail Arbitrage.
  • L’investissement de départ est relativement faible dans la mesure où vous n’êtes soumis à aucune contrainte sur la quantité de produits que vous devez acheter.
  • Autre avantage, vous pouvez tester des produits et des niches sans prendre de risques financiers importants.
  • Si vous faites une erreur dans le choix d’un produit, vous ne perdrez que très peu d’argent, à moins de l’avoir acheté en grande quantité (ce qui est déconseillé dans le cas d’un produit que vous ne connaissez pas déjà).

Inconvénients

Une concurrence élevée

Si vous pratiquez le Retail Arbitrage, vous ne serez que très rarement le seul à vendre un produit. Parfois, vous serez même très nombreux. Certains produits, très populaires, peuvent compter plus de 30 vendeurs.

Si vous décidez de vendre moins cher que vos concurrents, vous prendrez le risque de déclencher une guerre des prix. Vous devez l’éviter autant que possible. Elle aura un impact négatif sur votre marge. Vous pourriez même perdre de l’argent.

Chronophage

Autre inconvénient, cette pratique demande beaucoup de temps.

Vous devrez vous rendre de magasins en magasins et scanner des dizaines de produits avant de tomber sur une réelle opportunité. Les horaires d’ouverture ne sont pas extensibles. Si vous exercez une activité professionnelle, vous n’aurez que très peu de temps pour chasser.

Vous devrez repartir à la chasse régulièrement pour trouver de nouveaux produits à vendre. La charge de travail est donc lourde et constante. Quand un produit est fortement remisé en magasin, les stocks s’épuisent très rapidement.

Les frais de déplacement

Sachez également que si vous habitez en province, la voiture sera obligatoire. Prenez en compte les frais de déplacement dans le calcul de vos marges.

Risques de suspension du compte vendeur

Faites aussi attention aux violations de droits de propriété intellectuelle et aux contrats de distribution exclusifs. Même si vos produits sont authentiques, vous ne serez pas clairement identifié comme un revendeur légitime.

Certaines marques pourraient vous signaler à Amazon. Votre compte risquerait alors d’être suspendu de manière temporaire ou définitive. C’est pourquoi je vous conseille de conserver précieusement tous les justificatifs d’achats. Demandez systématiquement une facture en plus du ticket de caisse. Scannez les justificatifs et classez les originaux de façon à pouvoir les retrouver rapidement. Si Amazon a un doute concernant vos produits, vous devrez probablement fournir des justificatifs attestant de votre bonne foi.

2. L’Online Arbitrage (OA)

L’Online Arbitrage est similaire au Retail Arbitrage, à un détail près : aucun déplacement dans les magasins physiques, vous sourcerez des produits depuis chez vous.

Vous chercherez des produits gagnants sur des sites marchands tels que FNAC, Auchan, Cdiscount en encore Darty. Les produits seront livrés directement à votre domicile ou dans un point relais. Vous n’aurez plus qu’à les expédier vers les centres de distribution Amazon.

Contrairement au Retail Arbitrage, vous pourrez vous faire assister par un logiciel. Il se chargera de scanner des milliers de produits issus de différents sites ecommerce pour comparer leurs prix avec ceux pratiqués sur Amazon.

À ma connaissance, il n’existe qu’un seul logiciel francophone : Profit Wolf.

Il existe de nombreux logiciels en anglais comme le célèbre Tactical Arbitrage.

Ces deux logiciels sont payants. Vous devez souscrire à un abonnement pour pouvoir les utiliser.

Avantages

  • Comme pour le Retail Arbitrage, l’investissement de départ est relativement modeste.
  • Avantage indéniable par rapport au Retail, vous pourrez sourcer des produits chez des enseignes qui ne sont pas forcément implantées à proximité. Avec l’Online Arbitrage, toutes les grandes enseignes sont à portée de clic.
  • Tout se fait depuis votre domicile et les boutiques en ligne sont ouvertes jour et nuit. Très utile si vous exercez une activité professionnelle.
  • Enfin, vous aurez la possibilité de vous faire assister par des logiciels comme Profit Wolf ou Tactical Arbitrage. Ce sont des assistants indispensables qui vous feront gagner un temps précieux. En revanche, sachez qu’ils ne feront pas tout le travail à votre place. Vous devrez analyser plus minutieusement les produits pour vérifier que vous avez le droit de les revendre sur Amazon et que vous pourrez dégager une marge suffisante.

Inconvénients

Une concurrence élevée

Comme pour le Retail Arbitrage, vous ne serez pas le seul vendeur positionné sur les produits.

Les offres sont accessibles à tout le monde : chasseurs comme acheteurs. Les acheteurs avertis seront plus enclins à acheter sur le site où le produit est moins cher.

Chronophage

L’Online Arbitrage n’échappe pas à la règle. Vous devrez sans cesse trouver de nouveaux produits à vendre pour alimenter votre stock et gagner assez d’argent pour que le jeu en vaille la chandelle.

Marges relativement faibles

Les marges sont généralement plus faibles qu’en Retail Arbitrage. Sur Internet, les grandes enseignes gardent toutes un œil sur leurs concurrents et ajustent automatiquement leurs prix pour être compétitives.

Risques de suspension du compte vendeur

Mon conseil est le même que pour le Retail. Conservez précieusement les factures d’achats. Elles pourront vous être d’une grande aide en cas de problème.

Enfin, méfiez-vous des contrefaçons. Les sites comme eBay, FNAC, Darty et Cdiscount sont aussi des marketplaces ouvertes aux vendeurs tiers. Certains revendent des contrefaçons. Si la différence de prix semble trop belle pour être vraie, méfiez-vous. Cette pratique est lourdement sanctionnée par Amazon.

Sachez également que les factures des vendeurs tiers sont très rarement acceptées par Amazon. Il est préférable de sourcer auprès de marchands qui bénéficient d’une notoriété certaine.

3. Le Dropshipping sur Amazon

Le dropshipping est très connu et ne s’applique pas uniquement à la vente sur Amazon. Sa popularité vient surtout d’une fausse croyance : gagner de l’argent rapidement et facilement.

Il consiste à vendre des produits sans posséder de stock. L’acheteur est livré directement par le fournisseur.

Parmi les sites les plus connus : Aliexpress, eBay, DH Gate, Rakuten ou encore l’espagnol Big Buy.

Le principe est simple :

  1. Par exemple, vous mettez en vente des produits référencés sur Big Buy.
  2. Un client passe commande sur votre boutique Amazon.
  3. Quand la commande est validée, vous envoyez à Big Buy un ordre d’expédition en précisant l’adresse de livraison de l’acheteur.
  4. Big Buy prépare et expédie la commande directement à votre client. Le produit ne passera jamais entre vos mains.

Le dropshipping sur Amazon semble être une très belle opportunité. En mettant en place quelques automatismes, on peut presque en faire une source de revenus passifs.

La réalité est très différente.

Disons-le clairement, Amazon déteste le dropshipping.

Si vous faites du dropshipping via des sites asiatiques comme Aliexpress, les délais de livraison seront difficiles à respecter. Vous ne serez jamais à l’abri d’un retard ou d’un problème d’acheminement.

D’autre part, de nombreux produits vendus sur Aliexpress sont contrefaits, et cela ne concerne pas uniquement les grandes marques que vous connaissez déjà.

Avec Big Buy, les risques sont moins élevés mais restent encore bien présents.

Certaines marques référencées sur Big Buy font l’objet d’accords de distribution exclusifs sur Amazon. En d’autres termes, cela signifie que vous n’avez pas le droit de revendre les produits de ces marques sur la marketplace.

Vous devrez aussi assurer un service après-vente pour des produits que vous ne connaissez pas et gérer les retours vous-même.

Avantages

  • Premier avantage, l’investissement de départ est très faible. Il vous faudra simplement trouver des produits que vous mettrez en vente sur Amazon.
  • Aucun stock. C’est votre fournisseur qui se chargera du stockage et de l’expédition des produits à vos acheteurs.
  • Enfin, vous aurez la possibilité de mettre en vente un grand nombre de produits.

Inconvénients

La liste des inconvénients est longue. Croyez-moi, le dropshipping sur Amazon n’est pas un business model viable.

Marges très faibles

D’abord, les marges sont très faibles voire inexistantes. Puisque votre fournisseur s’occupe de tout, vous ne ramassez que des miettes. Vous ne prenez aucun risque financier. L’argent facile, ça n’existe pas.

Aucune connaissance des produits vendus

Vous n’avez aucune connaissance des produits que vous vendez. Un vendeur sérieux connait sur le bout des doigts son catalogue.

Forte dépendance envers les fournisseurs

Autre inconvénient majeur, vous êtes fortement dépendant de vos fournisseurs. Vous n’avez aucun contrôle sur l’état des produits et le processus de livraison.

Si vous faites du dropshipping via Aliexpress par exemple, vos produits seront expédiés depuis la Chine.

Les délais de livraison seront allongés et le contrôle qualité des fournisseurs chinois est loin d’être infaillible. Plus grave encore, vous n’aurez jamais la garantie que le produit expédié correspond en tout point au produit que vous aurez vendu.

Risques très élevés de suspension

Le risque de contrefaçons est très élevé et pas uniquement pour les grandes marques.

Le risque de suspension de votre compte vendeur sera donc très fort.

En cas de signalement par une marque ou de plaintes de clients, votre compte vendeur pourra être suspendu, et ce, de manière définitive.

Ne croyez pas qu’il suffit simplement d’ouvrir un nouveau compte vendeur. C’est strictement interdit par Amazon et cette pratique est facilement détectée par les nombreux algorithmes du géant américain.

S’il y a bien un business model que je déconseille, c’est le dropshipping. Les risques encourus sont trop importants par rapport aux gains potentiels.

Rappelez-vous que l’argent facile n’existe pas. Pour exercer sérieusement, il faut un minimum d’investissement et d’efforts.

4. L’achat / revente “classique”

Principe

Vous achetez des produits en lot que vous revendez au détail. Dans votre cas, sur Amazon.

Le process comporte plusieurs étapes :

  • D’abord, vous devez identifier des produits qui se vendent bien avec une marge suffisante.
  • Pour calculer votre marge, vous contacterez un ou plusieurs fournisseurs et vous demanderez leurs prix.
  • Vous passerez une commande de plusieurs pièces qui sera livrée à votre domicile ou dans vos locaux.
  • Vous devrez vérifier l’état de la marchandise et les quantités reçues.
  • Les produits seront ensuite réexpédiés vers les centres de distribution Amazon qui se chargeront de les stocker et de les expédier aux acheteurs.
  • Vous pourrez également expédier vous-même vos commandes mais sachez que de nombreux clients privilégient les produits expédiés par Amazon. Surtout s’ils bénéficient de la livraison gratuite via leur abonnement au service Prime. Ce sujet sera abordé dans quelques instants.

Avantages

  • L’investissement de départ est relativement modeste. La plupart des fournisseurs exigent un minimum de commande relativement faible par rapport à ce qui se pratiquait il y a plusieurs années.
  • Vous pourrez facilement dénicher des fournisseurs basés en France et en Europe.
  • Enfin, dans la majorité des cas, les fiches produits seront déjà existantes sur Amazon. Vous n’aurez pas à les créer vous-même.

Inconvénients

  • La grande majorité des fournisseurs ne traitent qu’avec des entreprises déjà établies. Pour ouvrir un compte ou obtenir une liste de prix, vous devrez d’abord créer votre entreprise.
  • Vous ne serez probablement pas le seul à vendre vos produits. Les ventes seront diluées entre plusieurs vendeurs.
  • Même si votre fournisseur est fiable, vous devrez vous assurer que vous avez l’autorisation de revendre les marques en question sur Amazon. Même si vos produits sont authentiques, votre compte vendeur pourra être suspendu si vous ne respectez pas d’éventuels accords de distribution.
  • Enfin, les marges sont relativement faibles une fois tous les frais déduits. Vous devez parier sur des volumes de ventes importants pour que votre activité devienne rentable.

5. Le Private Label (PL)

Définition

Le Private Label est un produit générique sur lequel vous apposez votre propre marque.

Regardez cette gourde par exemple.

Vous ferez imprimer votre logo directement dessus. Vous pourrez également personnaliser le packaging.

En revanche, vous n’apporterez aucune modification structurelle au produit.

Cette technique n’est pas applicable à un produit protégé par un brevet ou un dessin enregistré.

Impossible par exemple de faire du Private Label sur des AirPods tels qu’affichés à l’écran. Ces écouteurs ont été créés par Apple, leur apparence est protégée par un dessin enregistré.

Si vous vendez des AirPods qui imitent le modèle original, Apple vous signalera à Amazon et il sera très difficile, voire impossible de débloquer votre compte.

Avantages

  • En créant votre marque, vous serez en principe le seul vendeur présent sur votre fiche produit. Vous limiterez ainsi les risques d’une guerre des prix frontale avec vos concurrents.
  • Les marges sont plus élevées qu’en Retail Arbitrage, Online Arbitrage et Dropshipping.

Inconvénients

  • Le budget nécessaire est plus élevé que pour les business model évoqués précédemment.
  • Il faudra trouver un fournisseur qui soit en mesure d’imprimer votre logo sur le produit. Si vous sourcez vos produits en Asie, ce n’est pas vraiment un problème. La grande majorité des fournisseurs proposent ce service.
  • Le plus gros inconvénient du Private Label, c’est que vous n’apporterez aucune modification structurelle au produit. Certes, le produit sera estampillé de votre marque et vous serez en principe le seul à être positionné sur la fiche produit. En réalité, vous vendrez le même produit que vos concurrents. Les seuls éléments de différenciation seront votre logo et votre listing (la description et les photos notamment). Le Private Label n’est donc pas infaillible.

Petit conseil qui a son importance. Avant de lancer un produit, assurez-vous qu’il n’est pas protégé par un brevet ou un dessin enregistré.

Le logo n’est pas un élément de différenciation suffisant pour passer au travers d’une violation de propriété intellectuelle.

6. L’EPL pour Enhanced Private Label™

On en vient maintenant au dernier business model : l’EPL, pour Enhanced Private Label.

L’EPL est une évolution majeure du Private Label.

En plus d’apposer votre marque sur un produit générique, vous allez considérablement l’améliorer pour lui apporter une réelle plus-value.

Cette plus-value peut prendre différentes formes : ajout d’une fonctionnalité, d’un ou plusieurs accessoires complémentaires, combler une lacune de l’offre etc.

Si l’on reprend l’exemple de cette gourde, on peut imaginer y ajouter un bec et un étui de transport. Elle sera alors parfaitement adaptée à la pratique du running.

Ces éléments de différenciation apportent une véritable plus-value qui fera de cette gourde, un produit unique.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Les possibilités sont sont très nombreuses.

Pour déterminer les modifications et les éléments de différenciation à apporter, il est primordial de réaliser une véritable analyse du marché et de parfaitement assimiler les attentes des acheteurs. Nul besoin d’être un expert en marketing ou en études de marché. Ces informations sont toutes à porter de clics, disponibles sur Amazon.

L’EPL est le business model le plus rentable et le plus perfectionné de la vente sur Amazon. Les plus gros vendeurs ont adopté cette stratégie dès leurs débuts ou ont opéré un virage vers cette stratégie pour ne pas se laisser distancer. Ils ont vite compris qu’il fallait proposer des produits uniques et difficilement imitables. C’est une véritable stratégie de marque visant à prendre une longueur d’avance et à performer.

L’EPL est la stratégie gagnante pour performer et surpasser la concurrence sur Amazon.

Avantages

  • Vous créez un produit unique.
  • Puisque votre produit est unique, vous serez en mesure de vendre plus cher que vos concurrents.
  • Côté marges, l’EPL devance largement les autres business model que l’on vient d’évoquer. C’est aussi la stratégie la plus efficace en termes de retour sur investissement.
  • Vos produits seront inattaquables. Vos concurrents ne pourront pas se greffer à votre listing et le risque de violer un droit de propriété intellectuelle est extrêmement faible.
  • C’est une stratégie à moyen et long terme qui a déjà fait ses preuves. Il suffit d’observer ce que font les plus gros vendeurs.
  • Enfin, c’est le modèle qui vous permettra d’atteindre le plus rapidement la liberté financière.

Inconvénients

  • Bien entendu, vous devez disposer d’un capital de départ plus important qu’en Retail ou Online Arbitrage.
  • Cette stratégie demande plus de temps à mettre en place (au début). Une fois que votre premier produit sera lancé, vous gagnerez beaucoup de temps. Vous n’aurez pas besoin de trouver de nouveaux produits à vendre toutes les semaines. Vous pourrez scaler votre business progressivement. Il n’est pas rare de voir des vendeurs réaliser un chiffre d’affaires de 100 000 € par mois avec un catalogue restreint de 5 à 10 produits.
  • Il est tout à fait possible de se lancer dans cette stratégie tout en continuant à exercer une activité professionnelle. Cela demandera juste un peu plus de temps à mettre en œuvre.
  • Enfin, il est nécessaire de se former et de se faire accompagner pour éviter de perdre du temps et de l’argent inutilement. Votre premier produit devra être le bon. Votre investissement en temps et en argent doit être rentabilisé rapidement. Une formation et un accompagnement individuel vous y aideront.

Vous voulez en savoir plus sur l’EPL ?

Découvrez le programme de formation et d’accompagnement offert par l’AMZ Academy.

Comment vendre vos produits sur Amazon ?

Pour la mise en vente de vos produits, deux options s’offrent à vous.

  • FBM pour Fulfillment By Merchant : vous expédiez vous même les commandes aux acheteurs.
  • FBA pour Fulfilled By Amazon : vous confiez le stockage et l’expédition de vos produits à Amazon.

1. FBM (Fulfillment By Merchant)

Première option, travailler en FBM pour Fulfillment by Merchant. En français, Expédié par la marchand.

Le principe est simple. Vous expédiez vous-même les commandes à vos acheteurs.

Si vous avez déjà vendu sur eBay, vous savez déjà faire. Le principe de base est identique.

Principal avantage du FBM, vous gardez le contrôle sur l’ensemble du processus de vente. Du stockage jusqu’à la livraison au client final.

Cet avantage est aussi un gros inconvénient.

Vous engagez votre responsabilité à plusieurs niveaux :

  • Les conditions de stockage de vos produits.
  • La préparation et l’emballage des commandes.
  • L’ensemble du processus de livraison. De la prise en charge du colis jusqu’à sa livraison.

En d’autres termes, si une commande est expédiée en retard ou que la livraison n’est pas assurée dans le temps imparti, vous serez seul responsable aux yeux d’Amazon (même si l’erreur vient du transporteur).

Les performances de votre compte vendeur seront affectées.

Si vous ne répondez pas aux critères de performances imposés par Amazon, vous risquez la suspension.

Cette méthode demande donc beaucoup de rigueur et ne laisse que très peu de place à l’erreur. Dans le cas où vous continuerez à exercer une activité professionnelle en parallèle, il faudra certainement allonger le délai de préparation de vos commandes.

2. FBA (Fulfillment by Amazon)

Amazon se charge du stockage et de l’expédition de vos produits.

Comment ça marche ?

Le service expédié par Amazon est un service à la demande. Aucun abonnement supplémentaire n’est requis.

  1. Vous sélectionnez l’option Expédié par Amazon lorsque vous mettez en vente vos produits.
  2. Vous préparez vos produits en les regroupant dans un ou plusieurs cartons.
  3. Depuis votre compte vendeur, vous créez un plan d’expédition. Le plan d’expédition est une liste des produits que vous allez expédier à Amazon.
  4. Vous expédiez votre marchandise vers le centre de distribution qui se chargera de la réceptionner et de la mettre en stock.
  5. Quand un client passe commande, Amazon prépare, emballe et expédie la commande à l’acheteur.
  6. Le service client et les retours sont également pris en charge.

Le programme Expédié par Amazon présente plusieurs avantages majeurs :

D’abord, vos produits recevront le badge Prime et deviendront éligibles à la livraison rapide et gratuite auprès de dizaines de milliers de clients.

Vos produits auront aussi plus de chances de remporter la boite d’achat, aussi appelée Buy Box.

Si vous êtes plusieurs vendeurs pour un seul et même produit, l’offre qui remporte la Buy Box s’affiche en premier sur la page détaillée du produit. Les acheteurs sont plus susceptibles d’ajouter cette offre à leur panier.

La Buy Box génère à elle seule 80% des ventes d’un produit. Les autres vendeurs se partagent les 20% restants.

Troisième avantage, en déléguant le processus de livraison à Amazon, il y aura un transfert de responsabilités.

En cas de retard de livraison ou de colis endommagé, vous ne serez pas tenu responsable. Les performances de votre compte vendeur ne seront pas affectées.

Enfin, le service Expédié par Amazon revient généralement moins cher que d’envoyer un Colissimo par La Poste. Un colis de 500 grammes vous coûtera 5,86 € centimes en FBA contre 6,25 € en Colissimo. Cela représente tout de même une petite économie de 39 centimes.

Formateur // Consultant @ AMZ Academy.

Écrire un Commentaire